Zone réservée | Accédez au système de gestion cloud pour vérifier l'état de la réparation.

Killer Grêle, une histoire incroyable mais vraie

Killer Grêle, une histoire incroyable mais vraie

Quand une averse de grêle décida du sort d'une guerre

« Killer Grêle » : le titre d’un film catastrophe américain, le nom d’artiste d’un rappeur ou… un fait réellement arrivé ? 

La troisième option. Mais allons-y étape par étape, plutôt, en fait, par couleurs. Notre couleur officielle est le bleu, mais aujourd’hui EuroHailstorm s’aventure dans les teintes mystérieuses des faits divers. Un noir délavé car la nouvelle est « un peu datée », mais la grêle meurtrière dont nous parlons est vraiment incroyable ! 

Un lundi rouge sang de l’année 1360, deux armées se faisaient face à Chartres, dans le nord de la France : celle locale, défendant la patrie, et celle anglaise, en pleine invasion. C’était la célèbre Guerre de Cent Ans et à cette époque, les Britanniques avaient l’avantage. 

Alors que s’est-il passé ? Une violente averse de grêle ! Les chroniques racontent qu’au moins mille soldats anglais furent tués, ainsi que six mille chevaux. Sept mille victimes au total en une demi-heure de furie météorologique ! 

Lundi noir : la grêle arbitre le conflit

Un événement de cette ampleur ne s’était jamais produit et l’impact psychologique en fut énorme. Beaucoup le virent comme un signe divin. Le résultat fut que l’armée albionique en fut terrifiée, au point que le roi Édouard ordonna même la retraite et, le lendemain, se hâta de signer un traité de paix avec les adversaires, bien que jusqu’alors son armée était en train de gagner. 

Ce lundi, tragique pour les Anglo-Saxons et chanceux pour les Transalpins, est passé à l’histoire sous le nom de « Lundi noir » (Black Monday). La grêle, en somme, décréta la fin d’une guerre, presque comme un chef de guerre ou un général. 

Quelle histoire incroyable, n’est-ce pas ? Découvrez d’autres anecdotes et bizarreries sur la grêle dans notre article.